Housing First Tahiti

MANUARII IOTUA
Tahiti - Polynésie Française

Date de lancement
Janvier 2019

A qui s'adresse le projet ?
Aux sans-abris de la Polynésie Française

Description de l'initiative

Ma première participation au projet "Réaliz" m'a fait prendre conscience que la vie nous donne toujours une chance de défendre des causes qui nous tiennent à coeur. C'est en cela que je souhaite avant tout remercier la société Réa. Elle m'a aidé à rassembler des individus de milieux différents autour d'un projet commun. Pour toute cette expérience riche en partage, je vous adresse une gratitude infinie.
L'année 2017 fût pour ma part une année de consécration et de découverte ; autant sur le plan humain que sur les valeurs qui animent mon désir de toujours donner le meilleur de moi-même. Le projet "Pour une vie saine" s'est parfaitement intégré au cursus éducatif du SOS Village de Papara, et je tiens à remercier les enfants ainsi que tous les bénévoles, les mamans SOS, les généreux donateurs, la Direction du Village d'avoir participé à la mise en place de ce projet. Je vous laisse découvrir en image les prémisses de nos travaux et dont la dernière session de travail est prévue pour Août 2018. A tous, un grand merci !
Voici un lien sur le projet "Pour une vie saine" : https://www.facebook.com/DesAmoureuxDuMonde/photos/pcb.2055356481400846/2055355874734240/?type=3&theater

Je m'attaque cette année à un sujet particulier.
Depuis le début de l'année 2017, les institutions de la Polynésie Française ont commencé les travaux d'embellissement de la Capital dans l'optique d'accroître les retombées économiques dans le secteur du tourisme. C'est également un projet que je soutiens ouvertement. Cependant depuis Janvier 2018, l'impact de ce projet ne rend pas service aux individus en marge de la société qui se voient être expulser vers les périphéries de la ville de Papeete.

En 2014, les services sociaux de Papeete dénombrent entre 150 et 200 sans-abris.
(source média : https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/toujours-plus-de-sdf-tahiti-181594.html )

En 2015, on estimerait à plus de 400 individus, soit une augmentation en moyenne de 50% en moins d'un an. Maiana BAMBRIDGE,vice - présidente de l'association "La croix rouge" s'alarme avec une estimation basée sur 10 ans... Personnellement, je m'insurge sur une estimation d'une année par rapport à 2014.
(source média : https://la1ere.francetvinfo.fr/polynesie/tahiti/400-sdf-dans-les-rues-de-papeete-304893.html )

En Juillet 2017, la dépêche de Tahiti parle de 750 sans-abris soit le double sur une année d'intervalle.
(source : http://www.ladepeche.pf/personnes-a-rue-augmentation/ )
On parle ici, "d'abondance de précarité"... J'aimerais bien réinventer le sens de l'abondance avec ma vision des choses. Certes ! Nous pourrions continuer ce constat alarmant encore longtemps et évidemment tomber dans la même spirale où se situent actuellement les autorités du pays, ou nous pourrions aussi être force de réflexion et proposer une issue envisageable.

Le concept du Housing First est né à New York et développé par le Dr Sam Tsemberis. Il fait ses preuves en Belgique et commence à être adopter en France.
Le principe reste simple. Permettre aux individus en situation d'errance de pouvoir bénéficier d'un logement sans obligation de frais, ni loyer avec un suivi pour une réinsertion rapide et accompagnée. Le processus démarre à partir du moment où l'individu est prêt à suivre un programme basé sur 3 piliers :

1) le besoin physionomique (un logement)
2) le besoin de sécurité (un travail)
3) le besoin d'appartenance (rejoindre le groupe de travail Housing First Tahiti pour dupliquer le concept)

Ces piliers sont également référencés sur la pyramide de Maslow qui nous explique clairement les besoins primaires d'un individu. L'idéologie développée, répond à l'urgence : le logement !

1) BESOIN PHYSIONOMIQUE : Un Logement
La première étape du processus consiste avant tout à soulager le poids considérable de la question :
"Où vais-je dormir ce soir ?"
Les autorités détiennent une partie de la solution. Le pays est propriétaire d'une multitude de terre qu'on appelle en Polynésie "Les terres domaniales". Ces terres servent avant tout à une exploitation agricole et dont le Bail est fixé entre le pays et les Preneurs (agricultueurs). Ces terres peuvent certainement être utilisées pour soutenir des actions sociales et je suis persuadé qu'en ayant le soutien d'une société comme la vôtre, le pays ne pourra qu'être favorable à mes investigations.
Des abris en bois de palettes peuvent répondre à cette thématique du logement. J'ai énormément confiance en mon peuple solidaire, et sa capacité à impulser des valeurs de partage. J'ai d'ailleurs pu le reconnaître lors de la construction des bacs de semis en bois de palettes lors du projet "Pour une vie saine".

2) BESOIN DE SECURITE : Un Travail
Nous ne manquons pas de structure d'accompagnement. Cependant, cette étape répond à des critères bien spécifiques ; CV / LM / Adresse de résidence / Tenue exigée / Carte d'assurance sociale (CPS)... Le SEFI de Papeete est l'une des institutions publics qui répond copieusement à la recherche d'emploi et qui propose aussi des formations de niveau basique d'aide à la réinsertion professionnelle. Un partenariat est concevable si ce projet venait à voir le jour.

3) BESOIN D'APPARTENANCE :
Le processus d'accompagnement dure 1 an en moyenne avant qu'un individu puisse retrouver une stabilité. A l'issue de ce programme, la chaîne voudrait que ces mêmes individus puissent perpétrer les étapes du concept "Housing First" / Un logement d'abord.

En résumé,
Un premier jet du projet "Housing First Tahiti" / Logement d'abord, sera envoyé dans les ministères concernés en Août 2018 pour palier aux besoins physionomiques. Les fonds récoltés VIA l'appel à projet "Réaliz" serviront à palier les besoins de sécurité - tirage des CV / LM / vêtements en vue des entretiens d'embauche / accessibilité aux régimes des non salariés à la Caisse de Prévoyance Sociale de Polynésie / l'inscription et l'accompagnement au SEFI de Papeete.
Le processus dure entre 4 mois (pour les plus rapide) et 1 an pour les individus en marge totale de la vie en communauté. Un accompagnement se fera tout au long du processus et ira dans l'objectif de former les futurs dirigeant du concept "Housing First Tahiti" / Logement d'abord.
Les avantages du "Housing First",
Ca permet non seulement à des individus de se réinsérer dans la vie en communauté, mais ça crée également de nouveaux consommateurs. Sur la base économique, les avantages sont redistribués car nous mettons définitivement une mention "Zéro SDF" à Tahiti, et nous réorganisons une vie en société plus saine avec une image plus accueillante !

Je suis conscient de l'ampleur du projet, conscient également que je me heurterai à des problématiques telles que l'alcool et la drogue. Or, je suis persuadé qu'en nourrissant l'espoir de redonner de la valeur à chacun, nous permettons aussi à toutes ces personnes de faire des choix et de défendre les nobles causes qui leurs tiennent à coeur. J'étais durant une période de ma vie une personne sans domicile fixe. Pour ceux qui connaissent mon histoire, savent également qu'à cette époque là, il n'y avait ni actions sociales, ni bénévoles, ni de concours ou d'appel à projet, ni d'encouragement. Cette cause me tient à coeur car je me reconnais en chacun d'eux, et qu'à l'époque, j'aurais sans doute aimé qu'une personne sur des milliards me dise : "Manu, ça ira mieux demain !" (une pensée pour un ami...)
Une amie me disait : "Mais pourquoi tu fais tout ça ? C'est un grand projet..."
J'ai envie de lui dire : Je ne fais pas "tout ça" ! Je fais juste ma part et si chacun faisait sa part, il n'y aurait pas "tout ça" !

Aujourd'hui, j'ai la ferme conviction qu'une alliance entre les différents acteurs de la place est possible, que nous pouvons proposer cette alternative et permettre ainsi à une idée de vivre au delà du temps et servir au delà de ce temps, nos générations à venir.
Merci infiniment de me lire, et souhaite une belle réussite à tous.

Bien à vous,
Manu,

Facebook : http://www.facebook/iotuamanuarii

Un projet !
une idée !

Partager ce projet
sur vos réseaux sociaux